Achat de billets en ligne

Tu te souviendras de moi

Production La Manufacture

Texte François Archambault

Mise en scène Fernand Rainville

Assistance à la mise en scène Stéphanie Raymond

Avec Claude Despins, Emmanuelle Lussier-Martinez, Guy Nadon, Marie-Hélène Thibault et Johanne-Marie Tremblay

Décor, costumes et accessoires Patricia Ruel Éclairages André Rioux Musique Larsen Lupin Direction artistique du spectacle Jean-Denis Leduc

EXTRA
Pour en savoir plus sur le processus d’écriture de TU TE SOUVIENDRAS DE MOI, téléchargez notre entrevue avec François Archambault.
Deux façons simples de le faire:
Sur iTunes

Sur notre site web

La pièce sera de retour du 22 avril au 16 mai 2015. Billets à la carte en vente maintenant.
Durée: 1h40 sans entracte

Édouard, professeur d’histoire à la retraite, bouillant et caractériel, commence à perdre la mémoire. Continuellement sollicité pour procéder à des analyses politiques et sociales, l’homme, qui est habitué à s’exprimer dans les médias, doit soudainement se faire plus discret. Mais Édouard refuse de disparaître et juge qu’il a encore beaucoup de choses à dire. Puisque personne de son entourage ne semble en mesure de veiller sur lui, il est placé sous la garde de Bérénice, jeune fille du nouveau conjoint de sa fille. La rencontre amènera Édouard à revisiter un passage de son histoire personnelle qu’il avait choisi d’oublier.

Tu te souviendras de moi parle de la mémoire, de la transmission, du temps qui passe, du refus de disparaître, de la nécessité de se souvenir et de parfois oublier, de la mémoire défaillante d’un homme et de celle d’une société de plus en plus obsédée par le moment présent. Serons-nous un jour condamnés au silence ou choisirons-nous de continuer à raconter qui nous sommes ?

François Archambault a écrit cette pièce dans le cadre d’une résidence au Théâtre de La Manufacture. Auteur de plus d’une douzaine de pièces dont Cul-sec, 15 secondes et Enfantillages, il signait en 2003 La société des loisirs, pièce la plus jouée par La Manufacture qui lui valut le Masque du meilleur texte original. La mise en scène est confiée à Fernand Rainville, qui a entre autres dirigé pour La Manufacture Trick or Treat, Howie le Rookie et Août, un repas à la campagne.

Surtitres anglais les vendredis 7, 14 et 21 février

Tête-à-tête : Le Jeudi 23 janvier

Extraits de presse

« nçois Archambault livre une pièce bouleversante, percutante et qui touche droit au cœur. (...) La production dirigée avec brio par Fernand Rainville, à La Licorne, est assurément un (très) grand moment de la rentrée théâtr »

Luc Boulanger - La Presse  plus(...)

« est la meilleure pièce de théâtre que j’ai vue depuis un très bon bout de temps (…) C’est un condensé d’émotions que nous a offert l’auteur François Archambault (…) Guy Nadon est boulevers »

Émilie Perreault - 98,5 FM

«  Nadon est au sommet de son art (...) Un spectacle bouleversant et immense à voir absolum »

Sébastien Diaz - Voir télé

« texte de François Archambault est vraiment superbe (...)  Difficile de résister à la force du texte et à Guy Nadon qui joue le personnage principal. C’est riche, c’est drôle, c’est émouv »

Stéphane Leclair - C'est pas trop tôt, Radio-Canada

«  pièce à la mécanique rigoureuse, à l’humanité évidente et au propos pénétrant assemblée ici de manière à ce qu’il soit impossible de ne pas s’en souve »

Fabien Deglise - Le Devoir  plus(...)

« hambault (…) has once again embraced a potentially maudlin subject and dealt with it in an intelligent, deeply moving way. (...) Director Fernand Rainville has cast well and trusted his actors to connect with this adroitly written work. Nadon’s performance brings us all home to da »

Pat Donnelly - The Gazette  plus(...)

« drame familial très prenant (…) avec un Guy Nadon qui force l’admira »

Francine Grimaldi - Samedi et rien d'autre, Radio-Canada

«  Nadon, dans le rôle d’Édouard, offre ici une performance magistrale qui nous fait apprécier chacune de ses répliques, lesquelles sont empreintes d’une sincérité désarmante. Marie-Hélène Thibault (Isabelle), Claude Despins (Patrick) et Johanne-Marie Tremblay (Madeleine) réussissent également à bien traduire toute la subtilité des émotions véhiculées par la pièce, sans oublier Emmanuelle Lussier Martinez (Bérénice) qui surprend par sa finesse d’interprétation de cette adolescente rebelle, mais pourtant sensible, à sa fa »

Geneviève Germain - montheatre.qc.ca  plus(...)
Retour au haut de la page