fbpx

Mot de la direction

10 août 2021

Cette saison, il n’y a RIEN DE TROP BEAU pour vous… et pour nous ! Parce qu’après tout ce qu’on vient de traverser, il faut se faire plaisir. Et tout à coup, juste penser à une saison « normale » devient un cadeau à se faire, autant à vous qu’à nous et qu’à tous les artistes qui feront vibrer La Licorne. On peut maintenant regarder vers l’avenir, se projeter et rêver de se retrouver ensemble, comme avant, ou du moins, de s’en approcher. Le RIEN DE TROP BEAU évoque aussi le type de dramaturgie qu’on vous propose : des paroles pas trop lisses, qui égratignent souvent et qui exposent avec lucidité et humour nos zones d’ombre.

C’est donc à travers des écritures vives et allumées qu’on traversera ensemble cette saison qui sera la 40e de La Licorne. Une saison composée, entre autres, de rendez-vous « Manufacture » manqués que j’avais très hâte de partager avec vous. On commence par la folie déjantée du texte catalan Fairfly, qu’on a présenté en webdiffusion l’automne dernier. Puis suivra l’irrésistible Ulster American traduit par François Archambault, qui, avec son humour noir dévastateur et son rythme enlevant, nous tient en haleine jusqu’au dernier moment… Une pure comédie grinçante comme on les aime. Finalement, en janvier, c’est Catherine Léger qui se chargera de nous décoiffer à souhait avec sa relecture contemporaine délirante d’un classique du cinéma, Deux femmes en or. Avec Isabelle Brouillette et Sophie Desmarais dans les rôles-titres. Sans oublier le bouleversant Les filles et les garçons qui s’installera deux semaines à La Bordée de Québec en décembre.

S’ajoutent comme toujours les spectacles en codiffusion qui, à travers des dramaturgies singulières et éloquentes, portent, chacun à leur manière, un regard étonnant sur notre monde en déséquilibre en abordant des enjeux fondamentaux tels la justice sociale, l’identité et le pouvoir de transformation de l’art. Parmi tous ces artistes et toutes ces compagnies qui se présenteront à vous, je tiens à saluer le Black Theatre Workshop qui, fort de ses 50 ans d’existence, vient présenter sa plus récente création, Pipeline, en version anglaise et en version française. Une première collaboration entre nos deux compagnies dont je suis très fier.

J’en profite pour souhaiter la bienvenue à notre stagiaire à la direction artistique, Louiza Guira, qui passera toute la saison avec nous. Ce stage est un geste significatif de notre part pour aider les finissants des écoles de théâtre particulièrement frappés par la pandémie.   

Et maintenant, il ne reste qu’à vous et à nous souhaiter une saison tout ce qu’il y a de plus « normale ».

Philippe Lambert
Directeur artistique et général
La Licorne / La Manufacture

Retour au haut de la page