La Queens’

Production La Manufacture

Texte Jean Marc Dalpé

Mise en scène Fernand Rainville

Avec David Boutin, Marie-Thérèse Fortin, Alice Pascual, Dominique Quesnel et Hamidou Savadogo

Assistance à la mise en scène Jean Gaudreau Scénographie Patricia Ruel Costumes Mireille Vachon Lumières André Rioux Musique Larsen Lupin Direction artistique du spectacle Jean-Denis Leduc

Durée: 1h35 sans entracte

Nord de l’Ontario. Froid mordant au cœur de l’hiver. Un conflit éclate entre deux sœurs après le décès de leur mère. L’une, qui a depuis longtemps quitté son patelin qu’elle déteste, veut liquider au plus vite l’héritage familial : l’Hôtel-Motel La Queens’. L’autre, attachée à ses racines, est prête à tout pour l’en empêcher. Le temps est compté. S’engage alors une course contre la montre qui exacerbera les rivalités et révélera au grand jour des vérités cachées. Nos alliés ne sont pas toujours ceux que l’on croit…

Dans ce puissant récit aux échos identitaires – un thème récurrent dans son œuvre – l’auteur Jean Marc Dalpé nous entraîne au creux d’une réflexion sur la transmission. Faut-il se débarrasser du poids de son passé pour mieux avancer ou, au contraire, rester attaché à son héritage par respect pour nos origines ?

Jean Marc Dalpé nous livre ici son plus récent texte, qu’il a développé en résidence d’auteur à La Licorne. Dramaturge, poète, romancier, traducteur et comédien, il a signé des pièces marquantes produites par La Manufacture dont Trick or Treat et Août, un repas à la campagne. Il retrouve ici Fernand Rainville, son grand complice de création, qui signait la mise en scène de ces deux pièces et qui a récemment réalisé celle de Tu te souviendras de moi, de François Archambault.

Tête-à-tête : Jeudi 24 janvier

Extraits de presse

« Dans la peau de sœurs rivales, Marie-Thérèse Fortin et Dominique Quesnel brillent dans cette nouvelle pièce de Jean Marc Dalpé, qui pose un regard franc sur la transmission, l'identité et le pouvoir destructeur du testament. »

Charlotte Mercille - Journal Métro  plus(...)

« On a droit à un immense duel de titans. Ce duel repose sur les épaules de deux très très grandes comédiennes (Marie-Thérèse Fortin et Dominique Quesnel). 1h35 sans entracte où les deux filles s’en donnent à cœur joie. Ça vaut la peine d’aller voir ça.  »

Catherine Richer - Le 15-18, ICI Radio-Canada Première  plus(...)

« Voir Dominique Quesnel et Marie-Thérèse Fortin se déchirer, s'engueuler, se détester est vraiment jouissif. Deux grandes comédiennes mordent dans ce texte vibrant et coloré aux dialogues emportés et incisifs et le rendent encore meilleur. C'est de l'or, ça monsieur. »

Marie-Claire Girard - Huffington Post  plus(...)

Biographies

JEAN MARC DALPÉ - Auteur

Avec ses œuvres puissantes au souffle unique, le dramaturge Jean Marc Dalpé enrichit la scène théâtrale du Québec et de l’Ontario depuis 40 ans. Après un baccalauréat en art dramatique de l’Université d’Ottawa, le Franco-Ontarien poursuit sa formation au Conservatoire de Québec avant de cofonder, en 1979, le Théâtre de la Vieille 17. Dans les années 80, à Sudbury, il participe au renouveau artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario. Il y présente notamment sa pièce Le Chien – mise en scène par sa fidèle complice Brigitte Haentjens – qui remporte le Prix du Gouverneur général en 1988. Il rafle les mêmes honneurs en 1999 pour le recueil Il n’y a que l’amour et en 2000 pour son premier roman, Un vent se lève qui éparpille.

L’auteur des pièces Eddy (1994) et Lucky Lady (1995) signe sa première pièce à La Licorne en 1999 avec Trick or Treat, qui sera transposée à la télévision. Comme auteur en résidence à La Manufacture, il écrit Août – Un repas à la campagne, créée à La Licorne en 2006, puis reprise en tournée canadienne en 2007 et chez Duceppe en 2014. Cette œuvre lui vaut le Masque du texte original. En 2015, le public de La Licorne découvre sa traduction de la pièce The Dark Things (Débris) d’Ursula Rani Sarma.

Il adapte de nombreuses pièces étrangères comme Blasted de Sarah Kane ou encore Hamlet et Richard III de Shakespeare. Il signe plusieurs traductions d’œuvres de Mansel Robinson dont Trains fantômes et II (Deux). En 2014, son adaptation du monologue intérieur de Molly Bloom, d’après le roman Ulysse de James Joyce, est créée à Espace Go.

Au petit écran, il scénarise plusieurs épisodes de Fred-dy (2001) et créé la télésérie Temps dur (2004).

Également comédien, il s’est récemment illustré dans la pièce Le Wild West Show de Gabriel Dumont, dont il est l’un des co-auteurs.

L’Université Laurentienne et l’Université d’Ottawa ont conféré à Jean Marc Dalpé des doctorats honoris causa pour l’ensemble de son œuvre. Il est également membre de l’Ordre des francophones d’Amérique depuis 1997.

FERNAND RAINVILLE - Metteur en scène

Diplômé en interprétation de l’École Nationale de théâtre du Canada (1985), le directeur de création et metteur en scène Fernand Rainville a depuis dirigé plus d’une centaine d’événements, allant de la comédie musicale au cirque, en passant par le spectacle équestre, les productions sons et lumières ou encore le théâtre intime. Associé au Cirque du Soleil depuis quelques années, il assure la direction du spectacle Wintuk présenté de 2007 à 2010 au Madison Square Garden de New York et met scène la prestation d’avant-match du Super Bowl de Miami en 2007. En 2010, il est directeur de création pour le spectacle de chapiteau Amaluna. Ces dernières années, il a créé à l’étranger des événements dans des théâtres, chapiteaux et stades à Moscou, à Astana au Kazakhstan, à Dubaï aux Émirats Arabe Unis, ainsi qu’à Riyad en Arabie Saoudite.

Fernand Rainville collabore avec La Manufacture depuis maintenant 30 ans. Après le retentissant succès de Glengarry Glen Ross de David Mamet (1989), il met en scène Le samouraï amoureux de Maryse Pelletier (1991), La vie sans mode d’emploi de Sally Clark (1993) et Les rues de l’alligator d’Abla Farhoud (1998). Trick or Treat, de Jean Marc Dalpé, présenté en 1999 à  La Licorne, obtient trois nominations au Gala des Masques en 2000. La même année, il orchestre les Contes urbains, avant de chapeauter en 2002 Howie le Rookie, de Mark O’Rowe. Forte de son succès, cette production de La Manufacture sera reconduite en 2004 et 2005 à La Licorne. 

En 2006, Fernand Rainville retrouve l’écriture de Jean Marc Dalpé avec Août, un repas à la campagne. Puis, il chapeaute la création de François Archambault Tu te souviendras de moi en 2014. L’engouement est tel que l’œuvre fait l’objet d’une tournée canadienne et de deux reprises à La Licorne.

DAVID BOUTIN - Comédien

Diplômé de l’École Nationale de Théâtre en 1996, David Boutin entame rapidement une collaboration avec Wajdi Mouawad qui le dirige dans Trainspotting, Willy Protagoras enfermé dans les toilettes et Littoral. Il touche au répertoire classique et joue dans Roméo et Juliette de Shakespeare (1998), avant d’incarner le rôle-titre de la pièce Dom Juan de Molière (2000) au TNM. Le vent dans les voiles, il enchaîne les pièces: Cornemuse de Larry Tremblay, Le Périmètre de Frédéric Blanchette, L’Imposture d’Évelyne de la Chenelière ou encore Marie Tudor de Victor Hugo. Il travaille notamment sous la houlette de Claude Poissant, Denis Marleau et Serge Denoncourt.

Pour La Manufacture, il performe une première fois en 1999 avec Trick or Treat de Jean Marc Dalpé, sous la direction de Fernand Rainville. Il joue ensuite dans Gagarin Way de Gregory Burke (2003-2006) et Le Pillowman de Martin McDonagh (2009), reprise au Rideau Vert en 2011. En 2016, il replonge dans l’univers de Dalpé avec l’adaptation théâtrale du roman Un vent se lève qui éparpille, présentée à La Licorne. Il joue l’année suivante dans Baby-sitter de Catherine Léger.  

David Boutin a participé à une pléiade de séries télé, dont Bunker, Temps Dur, Rumeurs, Tout sur moi, Le gentlemen, Nouvelle adresse, District 31 et Faits Divers.

Au cinéma, il a notamment crevé l’écran dans Hochelaga de Michel Jetté – rôle qui lui a valu un Jutra -, La Grande Séduction de Jean-François Pouliot, Littoral de Wajdi Mouawad, 1:54 de Yan England, La Ligne brisée de Louis Choquette et Décharge de Benoît Pilon.  On le verra prochainement dans le film Tu te souviendras de moi d’Éric Tessier, adaptation de la pièce éponyme de François Archambault, créée en janvier 2014 à La Licorne.

MARIE-THÉRÈSE FORTIN - Comédienne

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique du Québec en 1982, Marie-Thérèse Fortin débute sa carrière sur les planches dans la Vieille Capitale. De Sainte-Carmen de la Main de Michel Tremblay (1993) à Andromaque de Racine (1998), elle cumule les rôles  –  dirigée par Denis Bernard, Serge Denoncourt ou encore Wajdi Mouawad – en plus d’assumer la direction artistique du Théâtre du Trident de 1997 à 2003. Également à Québec, en 1995, elle plonge dans l’univers de Jean Marc Dalpé avec la pièce Lucky Lady.

Directrice artistique du Théâtre d’Aujourd’hui entre 2004 et 2012, elle poursuit en parallèle sa carrière de comédienne et remporte, en 2008, le Prix Gascon-Roux du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) pour la pièce Élizabeth, Roi d’Angleterre de Timothy Findley. De 2010 à 2014, elle joue Germaine Lauzon dans Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay, mise en scène par René Richard Cyr. En 2013, elle se produit dans Le Balcon, de Jean Genet. Elle renouait récemment avec la scène du Trident pour La Détresse et l’enchantement, adaptation théâtrale éponyme du roman de Gabrielle Roy. La Queens’ marque sa première collaboration avec le Théâtre de La Manufacture.

Chevalier de l’Ordre des Arts et des lettres et figure importante de la télévision québécoise, elle a remporté plusieurs Prix Gémeaux, notamment en 2013 et 2014 pour son rôle dans Mémoires Vives ou en 2016 pour sa prestation dans Boomerang.

Au cinéma, on a pu la voir dans Les Grandes Chaleurs de Sophie Lorain, Inch’Allah d’Anaïs Barbeau-Lavalette, Le Journal d’un vieil homme de Bernard Émond ou encore Le Fils de Jean de Philippe Lioret.

ALICE PASCUAL - Comédienne

Dès sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2009, Alice Pascual joue pour le Théâtre de La Roulotte dans Les aventures de Lagardère, d’après l’œuvre de Paul Féval. Elle s’est depuis illustrée dans près d’une quinzaine de pièces, naviguant avec aisance entre différents répertoires. En 2010, sous la direction d’Yves Desgagnés, elle campe Douniacha dans La Cerisaie de Tchekov. On la retrouve ensuite dans Tristesse animal noir d’Anja Hilling (2012) et Bienveillance de Fanny Britt (2014), toutes deux présentées à Espace Go et mises en scène par Claude Poissant, qui la dirigera aussi en 2015 dans On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset, à l’affiche du Théâtre Denise-Pelletier. La même année, on peut également la voir sur la scène du Théâtre d’Aujourd’hui dans J’accuse, d’Annick Lefebvre, reprise en 2017. En 2018, elle a notamment incarné une professeure d’école primaire dans la pièce solo Madame Catherine prépare sa classe de troisième à l’irrémédiable, au Théâtre Prospero. 

Pour La Manufacture, Alice Pascual se distingue en 2012 dans la pièce Ce moment-là de la dramaturge irlandaise Deirdre Kinahan, mise en scène par Denis Bernard, et en 2016 dans Terminus de Marc O’Rowe, chapeautée par Michel Monty. À La Licorne, elle a également joué dans Fredy d’Annabel Soutar (2016), une production de Porte Parole et comptera parmi la distribution de la pièce La maison aux 67 langues de Jonathan Garfinkel, présentée au printemps 2019 et orchestrée par Philippe Lambert.

Visage connu de la télévision, le public québécois l’a suivie dans Toute la vérité, puis dans Yamaska, 30 vies, Nouvelle adresse, O’.  On l’a aussi vue dans la série Prémonition et tout récemment dans la populaire télésérie Trop, où elle incarne la sympathique Manuela.

Au cinéma, elle a joué dans différents courts-métrages à l’affiche de festivals (Plage de sable de Marie-Ève Juste ou Maurice de François Jaros) et on la verra prochainement faire une apparition dans Matt & Max, le nouveau film de Xavier Dolan.

DOMINIQUE QUESNEL - Comédienne

Dès sa sortie de l’École nationale de Théâtre du Canada en 1988, Dominique participe à la création des Muses Orphelines de Michel Marc Bouchard, sous la gouverne d’André Brassard. Suivront une douzaine de collaborations avec René Richard Cyr : de L’Éveil du Printemps de Frank Wedekind (1989) jusqu’au théâtre musical Belles-Soeurs de Michel Tremblay (2010-2013). Claude Poissant, Éric Jean, Philippe Lambert, Philippe Cyr et Denis Marleau sont quelques-uns des metteurs en scène avec qui elle a eu le bonheur de travailler. Sa rencontre en 2007 avec la dramaturge et metteure en scène Angela Konrad donne lieu à de nombreux spectacles dont Audition ou Me, Myself and I – une variation autour de Richard III de Shakespeare -, ainsi que Macbeth, dans une traduction de Michel Garneau, et plus récemment Golgotha Picnic de Rodrigo Garcia.

Dominique a joué plusieurs fois pour la Manufacture. En 2004, on l’a vue dans Doldrum Bay d’Hilary Fannin, puis, dans Tête première de Mark O’Rowe (2005-2008) et Les points tournants de Stephen Greenhorn (2006-2009), présentée en tournée québécoise et canadienne. Sa première présence à La Licorne remonte toutefois à 1992 dans le désormais mythique collectif d’auteurs Cabaret neiges noires, dirigé par son camarade de l’École nationale, Dominic Champagne.

À la télé, pendant plus de 5 ans, elle participe à Mémoires Vives de Chantal Cadieux. Au cinéma, elle campe Claudine dans Le Torrent réalisé par Simon Lavoie.

Depuis l’automne 2018, elle chante le grand Leonard Cohen dans le trio Hallelujah Leonard en compagnie des musiciens Claude Fradette et Simon Dolan.

 

 

 

 

HAMIDOU SAVADOGO - Comédien

Originaire du Burkina Faso, Hamidou Savadogo fait ses premiers pas comme acteur dans le cinéma burkinabé en 1990 et joint l’Atelier Théâtre Burkinabé à Ouagadougou en 1993. Au fil du temps, il suit diverses formations en jeu, mise en scène ou improvisation, se spécialisant notamment en lecture-spectacle d’albums jeunesse qui intègrent chant, danse, musique, masque ou marionnette. L’univers du conte, qui colore et parsème sa vie depuis la tendre enfance, s’ajoute à son cheminement professionnel en 2001. Son parcours artistique l’a mené du Burkina Faso à la France, en passant par le Mali et la Norvège.

Au Québec depuis plus d’une dizaine d’années, il a donné des ateliers sur le conte dans plusieurs écoles de Montréal et du Québec. Au théâtre, il a joué dans la pièce L’étrangère de la compagnie Mythomanie à Montréal (2010), et a mis son talent de conteur au service des enfants dans les spectacles jeunesse Un si long voyage des Productions Rhizome à Québec (2009-2011) et Le fascinant voyage de Mamadou du Théâtre le Petit Chaplin, à Montréal (2011-2012).  

Au petit écran, on a notamment pu le voir dans Le Gentleman III, 30 Vies et Les jeunes loups.

Au cinéma, il s’est produit dans les films Que ta joie demeure et Boris sans Béatrice de Denis Côté, Le coeur de Madame Sabali de Ryan McKenna et The Saver de Wiebke von Carolsfeld.

Retour au haut de la page