Achat de billets en ligne

Orphelins

Production La Manufacture

Texte Dennis Kelly

Traduction Fanny Britt

Mise en scène Maxime Denommée

Avec Steve Laplante, Étienne Pilon et Évelyne Rompré

Assistance à la mise en scène Marie-Hélène Dufort Décor Olivier Landreville Costumes Stéphanie Cléroux Éclairages André Rioux Musique Éric Forget Accessoires Patricia Ruel Direction artistique Jean-Denis Leduc

Supplémentaires: Samedi 11 février à 20h et samedi 18 février à 20h

Liam, le jeune frère d’Helen, interrompt un souper d’amoureux entre sa soeur et Danny, son mari. Il entre dans l’appartement, visiblement perturbé, son chandail couvert de sang. Il raconte avoir tenté d’aider un adolescent blessé qui gisait sur l’asphalte à quelques coins de rue de là. Où est-il exactement? Doivent-ils lui porter secours? Danny et Helen veulent comprendre ce qui s’est passé, mais le récit de Liam devient de plus en plus confus.

Avec Orphelins, Dennis Kelly aborde notre rapport à ces étrangers qui partagent notre milieu de vie, un rapport d’où émergent parfois la peur et l’insécurité. Avec une pointe d’humour noir, ceci devient l’occasion d’interroger les liens profonds qui unissent les familles. Comment pourrions-nous réagir si nous croyions que le clan familial est menacé? Jusqu’où serions-nous prêts à aller si nous nous sentions menacés par ceux qui représentent pour nous l’inconnu et la différence? Jusqu’où peut nous projeter la peur de l’autre?

Orphelins (Orphans), de l’auteur britannique Dennis Kelly, a été créée au Traverse Theatre d’Édimbourg en 2009, et sera présentée pour la première fois en français à Montréal dans une traduction de Fanny Britt. Maxime Denommée s’attaque ici à un deuxième texte de Dennis Kelly, puisqu’en 2009 il avait brillamment mis en scène la pièce Après la fin, du même auteur.

Nouveauté! La pièce sera présentée avec surtitres anglais les vendredis 27 janvier, 3 février, 10 février et 17 février.

Tête-à-tête : Jeudi 19 janvier

Extraits de presse

«  puissante déflagration (...). Narrativité captivante, émotions fortes, déchirements moraux et réflexions sociologiques s'entrelacent et se percutent sans relâche dans cette pièce jouée à un rythme fou, dont nul ne saurait ni ne voudrait calmer l'ard »

Philippe Couture - Revue Jeu  plus(...)

« helins is a gripping thril »

Pat Donnelly - The Gazette

«  pièce qui vient te chercher directement dans le plexus. Tu y penses et tu y repenses. Un vrai suspe »

Sylvain Ménard - 98,5 FM

« ienne Pilon est bouleversant d’intensité et de vérité dans la peau de Liam.( ...) Évelyne Rompré est troublante en Helen.(...) Steve Laplante est convaincant jusque dans ses silences. (...) Son monologue final ( ...) constitue assurément les cinq minutes les plus bouleversantes de la rentrée théâtr »

Luc Boulanger - La Presse

«  histoire extrêmement captivante. (...) Maxime Denommée maîtrise très bien le travail de Dennis Ke »

Katerine Verebely - Désautels
Retour au haut de la page