fbpx

Tatiana Zinga Botao

En développement de sa soirée Carte blanche

Il y a un peu plus d’un an, Philippe Lambert offrait une Carte blanche à Tatiana Zinga Botao, afin qu’elle présente, dans La Petite Licorne, une œuvre de son choix. Et puis les arts vivants ont été contraints de se mettre sur pause et le spectacle a été reporté à la saison prochaine. Ce qui n’a pas empêché la comédienne de continuer à développer son projet qui porte aujourd’hui le nom de La reine Nzinga: une épopée, un récit dont elle débutera prochainement l’écriture aux côtés de deux dramaturges, Alexis Diamond et Marie-Louise Mumbu. Depuis début février et jusqu’à la fin mars, le trio, qui forme le collectif Les Trois Brodeuses, investit d’ailleurs La Licorne afin de mettre en commun leurs recherches documentaires respectives et d’attacher ensemble les fils de l’œuvre avant de lui donner vie. « On est arrivées à La Licorne, on a mis notre matière par terre et ça a défini le chemin à prendre. On avait besoin de se rencontrer! », a illustré Tatiana Zinga Botao. Cette pièce, qui fusionne documentaire et fiction, mêlant dramaturgie congolaise, met en lumière les liens colonialistes existants entre les trois pays où elle a vécu : le Congo, la Belgique et le Canada – elle s’est établie à Montréal il y a 10 ans. « Je veux mettre en valeur des pratiques, esthétiques et récits méconnus, ignorés ou sous-estimés par l’universalisme artistique. La matière première est l’Histoire », a confié Tatiana.

 

Tatiana Zinga Botao au centre, entourée de Marie-Louise Mumbu (à gauche) et Alexis Diamond (à droite).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photos
Tatiana Zinga Botao: Andréanne Gauthier
Photos en laboratoire: Tatiana Zinga Botao et Hélène Rioux

Retour au haut de la page