fbpx

Les filles et les garçons

Production Théâtre de La Manufacture

Texte Dennis Kelly

Traduction Fanny Britt

Mise en scène Denis Bernard

Avec Marilyn Castonguay

Assistance à la mise en scène Marie-Hélène Dufort Décor Olivier Landreville Costumes Mérédith Caron Éclairages Julie Basse Musique Fanny Bloom

Durée de la pièce: 1h50 sans entracte

De la surprenante rencontre avec l’amour de sa vie dans une file d’attente à l’aéroport à ses débuts comme productrice en cinéma, en passant par son rôle de mère de deux enfants, une femme se livre à nous. Truculente, ambitieuse et drôle, elle nous parle de la vie, de sa vie, dans tout ce qu’elle a d’extraordinaire et de cruel, surtout quand le sol glisse sous nos pieds.

Dennis Kelly aborde avec beaucoup d’humanité le rapport qu’entretiennent les hommes et les femmes avec la réussite, le pouvoir, le contrôle et la violence. Une histoire hors du commun, un merveilleux exemple de résilience.

Après avoir présenté Après la fin et Orphelins, La Manufacture s’attaque à une nouvelle pièce de l’auteur anglais Dennis Kelly. Dans une traduction de Fanny Britt, qui connaît bien les mots de Kelly, cette pièce est portée sur scène par Marilyn Castonguay dans une mise en scène de Denis Bernard (OS La montagne blanche, Des promesses, des promesses). La pièce Girls & Boys était créée dans sa version originale au Royal Court Theatre de Londres en 2018.



Causerie avec Martine Delvaux et Fanny Britt
Mercredi 5 février à 17 h au Théâtre La Licorne

Dans le cadre du projet Regards Croisés et en lien avec la pièce Les filles et les garçons de Dennis Kelly, La Manufacture vous invite à une causerie sur le thème suivant: Est-ce que les structures sociales actuelles ont tendance à privilégier l’accès des hommes au pouvoir, au détriment de celui des femmes?

Alexandre Cadieux animera cet entretien avec Martine Delvaux, invitée de la première édition de Regards croisés, et Fanny Britt, traductrice de l’oeuvre de Kelly. 

⇒ Événement gratuit mais réservation obligatoireEn ligne / 514 523-2246


 

Tête-à-tête : jeudi 23 janvier

Extraits de presse

« Marilyn Castonguay trouve ici un rôle complexe à sa juste mesure. (...) Le metteur en scène Denis Bernard orchestre habilement le tout avec sobriété et fluidité. »

François Jardon-Gomez - Le Devoir  plus(...)

« "Pour son premier solo au théâtre, Marilyn Castonguay livre ici une performance époustouflante ! La comédienne porte ce texte exigeant comme un bijou précieux. (...) Notons que Les filles et les garçons est traduite par Fanny Britt. L’autrice, qui en est à sa cinquième traduction d’une œuvre de Dennis Kelly (Après la finOrphelins…), sait faire résonner chaque mot du texte. Finalement, la belle musique de Fanny Bloom enveloppe cette partition avec finesse. À voir !" »

Luc Boulanger - La Presse  plus(...)

« "Marilyn Castonguay. Parlons de Marilyn. (...) Littéralement écrit pour elle, nous avons cette impression que c’est CE personnage qu’elle attendait toute sa carrière. Un rôle de femme à la fois forte et fragile, mère et femme libre, drôle et troublée, en éclats et en retenues… un rôle que toute actrice souhaite incarner un jour. Marilyn brille. Point." »

Jordan Dupuis - Quartier général - Collectif culturel  plus(...)

« Déclarons-le d’entrée de jeu : la saison théâtrale débute en force en 2020 avec le solo Les filles et les garçons (...) L’oeuvre de Dennis Kelly livre exactement la mission première du théâtre : éblouir, bousculer et bouleverser par le biais d’émotions totalement vraies nous ramenant à la plus pure démonstration de la solidarité humaine. »

Marie-Claude Lessard - Eklectik média  plus(...)

« Je ressens encore le coup de poing au plexus de cette œuvre nécessaire menée en solo par l’incandescente Marilyn Castonguay et dirigée par Denis Bernard.  La puissance de l’abîme...  À voir, sans aucun doute. »

Catherine Richer - Le 15-18, ICI Première

Biographies

DENNIS KELLY - AUTEUR

Né à Londres en 1970, Dennis Kelly est diplômé du Goldsmiths College, institution spécialisée dans les domaines touchant à l’écriture et à la création artistique. L’auteur dramatique, qui s’est fait remarquer en 2003 avec sa saisissante pièce Debris, s’impose aujourd’hui comme une voix majeure du théâtre contemporain. Ses œuvres incisives, qui interrogent et bousculent les consciences, ont été présentées à travers le monde et traduites en plus de 40 langues. On lui doit notamment Osama the Hero (2005), After the End (2005), Love and Money (2006), Taking Care of Baby (2007), DNA (2007), Orphans (couronnée des prix Fringe First et Herald Angel Award en 2009), The Gods Weep (2010) et The Ritual Slaughter of Gorge Mastromas (2013). Basée sur le roman de Roald Dahl, Dennis Kelly dévoile, en 2010, sa pièce de théâtre Matilda The Musical, lauréate de nombreux prix dont quatre Tony Awards et sept Olivier Awards. En 2017, il adapte le célèbre Pinocchio de Carlo Collodi, qui est présenté au National Theatre de Londres.

Pour la télévision, Dennis Kelly a coécrit Pulling (qui a notamment mérité un British Comedy Award en 2009) et créé la série dramatique Utopia, portée au petit écran en 2013. On lui doit également le scénario du film Black Sea de Kevin Macdonald, sorti en 2014.

Sa pièce Girls & Boys a été créée dans sa version originale au Royal Court Theatre de Londres en février 2018, avant d’être montée en juin de la même année au Minetta Lane Theater, à New York.

FANNY BRITT - TRADUCTRICE

Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en écriture dramatique, en 2001, Fanny Britt a traduit et adapté plusieurs pièces dont des œuvres de Neil LaBute, Annabel Soutar, Tom Holloway et Sarah DeLappe. Pour La Manufacture, elle a traduit La reine de beauté de Leenane (2001) et Le Pillowman (2008) de Martin McDonagh. Les filles et les garçons est la cinquième œuvre de Dennis Kelly traduite par Fanny Britt, après les pièces Après la fin (2008) et Orphelins (2012), produites par La Manufacture, ainsi que ADN, montée au Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2012 et Amour/Argent, présentée à La Licorne en 2013.

Comme auteure dramatique, Fanny Britt a écrit une douzaine de pièces dont Couche avec moi (c’est l’hiver) (2006), Hôtel Pacifique (2009) ou encore Chaque jour, produite par La Manufacture et présentée entre les murs fraîchement rénovés du Théâtre La Licorne, en 2011. En 2013, elle remporte le prix du gouverneur général pour Bienveillance, un texte produit par le Théâtre PÀP. Sa pièce Hurlevents était montée au Théâtre Denise-Pelletier en 2018.

Remarqué, son premier roman Les Maisons paraît en 2015. On lui doit également la publication de deux essais chez Atelier 10 : Les tranchées : maternité, ambiguïté et féminisme, en fragments (2013) et Les retranchées : échecs et ravissement de la famille, en milieu de course (2019). Active en littérature jeunesse, son roman graphique Jane, le renard et moi, illustré par Isabelle Arsenault, a été traduit en une douzaine de langues et a remporté de nombreux prix, en plus d’avoir été classé parmi les dix meilleurs livres illustrés de 2013 par le New York Times. En 2016, le duo récidive avec l’émouvant Louis parmi les spectres.

DENIS BERNARD - METTEUR EN SCÈNE

Diplômé en interprétation du Conservatoire d’art dramatique de Québec (1980), Denis Bernard participe – à la même époque – à la fondation du Théâtre Repère, puis dirige le Théâtre Blanc, dans la Vieille Capitale. Pour le Théâtre de La Manufacture et le Théâtre La Licorne, dont il a assuré la direction artistique et générale de 2009 à 2019, il a orchestré plusieurs mises en scène : Coma unplugged de Pierre-Michel Tremblay (2007), pièce couronnée du Masque de la meilleure production montréalaise, Le pillowman de Martin McDonagh (2009), Chaque jour de Fanny Britt (2011), Ce moment-là de Deirdre Kinahan (2012), Les événements de David Greig (2016) et Des promesses, des promesses de Douglas Maxwell (2016-2019). Parmi ses mises en scène remarquées, citons Les Trois Sœurs (2001) à Espace Go, en collaboration avec Luce Pelletier, La fin de la civilisation (1999) au Quat’Sous et, plus récemment, Os – La montagne blanche (2017) de Steve Gagnon, présentée à La Petite Licorne et à la Maison pour la danse de Québec. Denis Bernard s’attaque ici pour une première fois à l’œuvre du dramaturge britannique Dennis Kelly.

Comme comédien, il a voyagé sur scène de Tchekov à Shakespeare et de Michel Tremblay à Fabien Cloutier, dont il a défendu la pièce Pour réussir un poulet (2014), à La Licorne et en tournée. Au grand écran, il décroche un Génie pour son rôle dans le film L’Audition de Luc Picard et, à la télé, il se distingue dans de nombreuses séries comme La Galère, Yamaska, Feux et Fatale-Station. Plus récemment, on a pu le voir dans la série Appelle-moi si tu meurs, réalisée par Claude Desrosiers.

 

 

MARILYN CASTONGUAY - COMÉDIENNE

Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en 2010, Marilyn Castonguay rayonne tant sur les planches qu’au petit et au grand écran.

Au théâtre, elle a joué dans près d’une quinzaine de productions, dont Dissidents de Philippe Ducros (2012), Villa Dolorosa de Rebekka Kricheldorf (2013), Testament (adaptée du roman de Vickie Gendreau – 2014), Le Joker de Larry Tremblay (2016), Le déclin de l’empire américain (d’après le scénario de Denys Arcand – 2017) et GlenGarry Glen Ross (adaptée du texte de David Mamet – 2017), sous la houlette des metteurs en scène Patrice Dubois, Martin Faucher, Éric Jean et Brigitte Poupart.

À la télévision, elle s’est illustrée dans de nombreuses séries telles que Vertige, Au secours de Béatrice, 19-2, Fatale Station, Plan B et L’échappée. Elle a également joué dans les émissions jeunesse 1, 2, 3… Géant, Salmigondis et, tout récemment, Alix et les merveilleux. En mars 2020, on pourra la voir dans la nouvelle série attendue C’est comme ça que je t’aime, écrite par François Létourneau, réalisée par Jean-François Rivard et présentée sur ICI Tou.tv Extra.

Au cinéma, elle a livré en 2012 une performance remarquée dans le long-métrage L’affaire Dumont, réalisé par Podz, avant de se démarquer dans plusieurs courts-métrages, ainsi que dans les films Louis Cyr de Daniel Roby (2013), Ça sent la coupe de Patrice Sauvé (2017) et Matthias et Maxime de Xavier Dolan (2019).

Les filles et les garçons – son premier solo en carrière – marque également sa première collaboration avec La Manufacture.

 

Retour au haut de la page