La meute

En supplémentaire

Production La Manufacture

Texte Catherine-Anne Toupin

Mise en scène Marc Beaupré

Avec Guillaume Cyr, Lise Roy et Catherine-Anne Toupin

Assistance à la mise en scène Marie-Hélène Dufort Décor, costumes et accessoires Odile Gamache Éclairages Julie Basse et Étienne Boucher Musique Alexander MacSween Vidéo Antonin Gougeon-Moisan / HUB Studio

Durée : 1h30 sans entracte
Prenez note qu’il y a des effets stroboscopiques dans le spectacle.

Supplémentaires les samedis 2, 9, 16 et 23 novembre à 20 h 

LA MEUTE sera présentée l’an prochain, du 15 au 22 octobre 2020, au Théâtre Duceppe à Montréal. En savoir plus

À 40 ans, Sophie perd son emploi dans des circonstances troubles. Confuse et blessée, elle décide de fuir la réalité et atterrit dans un gîte du passant à des centaines de kilomètres de chez elle. Elle y est accueillie par Martin, qui occupe les lieux avec sa tante, propriétaire de la maison de campagne. Au fil de soirées bien arrosées, les langues se délient et une troublante complicité se profile entre l’homme et la voyageuse…  Et si la présence de Sophie dans ce bled perdu n’était pas si fortuite?

Catherine-Anne Toupin nous entraîne ici dans un tourbillon mystérieux, enivrant et troublant. L’écriture rythmée et incisive de ce suspense garde le spectateur en haleine jusqu’à la toute fin. Autour du thème de la vengeance, l’auteure se pose à elle-même, comme à nous, une terrible question : n’y a-t-il que la violence pour répondre à la violence?

Dès sa création en janvier 2018, La Meute récolte les éloges du public et de la critique. Après 55 représentations à guichets fermés, la pièce entame ici sa troisième série de supplémentaires à La Licorne. L’auteure Catherine-Anne Toupin avait également connu un vif succès avec À présent, produite par La Manufacture en 2008. La mise en scène a été confiée à Marc Beaupré, qui a également réalisé celles de Fredy d’Annabel Soutar (2016), à La Licorne et de L’Iliade d’Homère (2017), au Théâtre Denise-Pelletier.

 

Tête-à-tête : jeudi 7 novembre

Extraits de presse

« (…) l’auteure et comédienne frappe fort avec La meute, une histoire percutante et une prise de parole essentielle et exigeante.  »

Daphnée Bathalon - MonThéâtre  plus(...)

« Le metteur en scène Marc Beaupré dirige un trio impeccable, réglant au quart de tour les dialogues rythmés de Martin et Sophie (…) »

Patricia Belzil - JEU  plus(...)

« Quand il s’agit de nous tirer le tapis sous les pieds, Catherine-Anne Toupin n’a pas son pareil. »

Christian Saint-Pierre - Le Devoir  plus(...)

« (…) la nouvelle pièce de Catherine-Anne Toupin est d'une actualité troublante.  »

Mario Cloutier - La Presse  plus(...)

Biographies

CATHERINE-ANNE TOUPIN - AUTEURE ET COMÉDIENNE

La première collaboration de Catherine-Anne Toupin avec le Théâtre de La Manufacture remonte à 2008, avec sa pièce À Présent, une œuvre remarquée mise en scène par Frédéric Blanchette. Présentée à guichets fermés à La Licorne, À présent a ensuite été reprise chez Duceppe en 2010. Puis, au printemps 2016, à Londres et à Édimbourg, le nom de Catherine-Anne Toupin était sur toutes les lèvres. Right Now, la traduction anglaise de son texte, a littéralement conquis le public et la critique au Royaume-Uni. Traduite par Christopher Campbell, Right Now était mise en scène par Michael Boyd, ancien directeur artistique de la Royal Shakespeare Company. Depuis, le texte a aussi été traduit en allemand, en espagnol et en italien. Pour sa part, la pièce La Meute récolte les éloges du public et de la critique depuis sa création à La Licorne en janvier 2018. Après 55 représentations à guichets fermés, la pièce entame ici sa troisième série de supplémentaires.

L’intérêt de Catherine-Anne pour l’écriture remonte à ses études au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Diplômée en 1999, elle fonde l’année suivante la compagnie théâtrale Ni plus ni moins, qu’elle codirige jusqu’en 2011 avec ses complices François Létourneau et Frédéric Blanchette. C’est avec cette compagnie qu’elle crée en 2004 L’envie, une de ses premières pièces. Création remarquée, ce texte vaut à son auteure une nomination à la Soirée des Masques dans la catégorie révélation. Auteure de plusieurs courtes pièces, Catherine-Anne Toupin signe également des scénarios pour la télévision.

Comme interprète, son nom est associé à une vingtaine de créations sur les scènes montréalaises dont Blackbird de David Harrower, L’esprit de famille d’Éric Assous, adaptée par Michel Tremblay et Le prénom de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière. À la télévision, ses rôles dans Unité 9 et Boomerang, série dont elle est la créatrice, ont fait d’elle une artiste fort appréciée du public, comme en témoigne le prix qu’elle a remporté lors du gala Artis 2017, dans la catégorie meilleure interprète dans une comédie.

MARC BEAUPRÉ - METTEUR EN SCÈNE

Dès sa sortie de l’École nationale de théâtre, en 1999, Marc Beaupré se fait remarquer dans la série dramatique 2 frères d’Anne Boyer et Michel d’Astous pour laquelle il remporte le Gémeaux du meilleur rôle de soutien masculin. Au générique d’une vingtaine de séries et de plus de quinze longs métrages, le comédien s’est notamment illustré dans Bon Cop, Bad Cop 2, Rumeurs, Le négociateur, Jean Béliveau, sans oublier Série Noire, où il interprétait l’imprévisible Marc Arcand. Également au petit écran, on peut présentement le voir dans Victor Lessard et Ruptures, où il interprète deux rôles aux antipodes. Prochainement, il sera de la série 4-2-2 à Télé-Québec et du thriller Jusqu’au déclin, la première production canadienne française présentée par Netflix.

Son parcours scénique est tout aussi prolifique. Interprète d’une trentaine de personnages depuis ses débuts, il a porté avec brio les mots des Dubé, Molière, Marivaux, Schaffer et Choinière, dans Zone, L’avare, Le jeu de l’amour et du hasard, Amadeus et Manifeste de la Jeune-Fille.

Fondateur et directeur artistique de la compagnie Terre des Hommes, Marc Beaupré signe sa première mise en scène en 2008 pour la pièce Le silence de la mer, une adaptation du texte de Vercors. Passé maître dans l’art de revisiter les classiques avec éclat, il livre ensuite des relectures décapantes : Dom Juan_Uncensored, Hamlet_Director’s Cut et Caligula [Remix], pièce qui voyagera jusqu’en Corée du Sud, et tout récemment L’Iliade, présentée au Théâtre Denise-Pelletier (Prix de la Mise en scène de l’AQCT pour la saison 2017-18).

Sur la scène de La Licorne, nous avons pu apprécier son travail de mise en scène avec la pièce documentaire Fredy, d’Annabel Soutar. La meute marque sa première collaboration avec La Manufacture.

 

GUILLAUME CYR - COMÉDIEN

Depuis le début de son brillant parcours, au milieu des années 2000, ce diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada a participé à plus de 20 productions théâtrales, incluant quelques rendez-vous applaudis avec La Licorne. Sa première présence remonte à 2012 dans Billy (les jours de hurlement) de Fabien Cloutier, auteur dont il a retrouvé les mots en 2014 avec la pièce Pour réussir un poulet. Cette production de La Manufacture a voyagé à travers le Québec avant de retrouver La Licorne – en rappel – la saison dernière. Entretemps, on a pu voir Guillaume dans Ils étaient quatre, une production de Orange Noyée, écrite par Mathieu Gosselin, en collaboration avec les interprètes de la pièce.

Sur les autres scènes montréalaises, il s’est fait remarquer en 2018 pour son rôle de Lenny dans Des souris et des hommes de John Steinbeck, traduit par Jean-Philippe Lehoux. De plus, sa polyvalence s’est notamment déployée au sein du quatuor des Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas, au cœur des spectacles musicaux Sister Act et L’Opéra de Quat’Sous, dans le conte Léo et les presqu’îles de Gilles Vigneault et dans la pièce 8 de Mani Soleymanlou.

En 2013, quelque 475 000 cinéphiles québécois ont pris la mesure de son talent en le voyant camper le colosse Horace Barré dans le film Louis Cyr : L’homme le plus fort du monde. Son interprétation remarquable a été soulignée par un prix au Gala des Jutra.

À la télévision, les plus jeunes connaissent Guillaume Cyr pour son rôle dans 1,2,3… Géant! alors que les plus vieux ont pu l’apprécier dans L’imposteur, Ruptures, Le berceau des anges, Au secours de Béatrice, Les invisibles, Une autre histoire ou Léo.

LISE ROY - COMÉDIENNE

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal et titulaire d’une maîtrise en théâtre de l’UQAM, Lise Roy exprime sa passion pour le jeu depuis plus de 40 ans. Le public a pu l’applaudir dans près d’une trentaine de productions théâtrales, notamment sous les traits des imposantes Élisabeth 1re, Simone de Beauvoir et Camille Claudel.

Dans Top Girls, de Caryl Churchill, elle a brillé aux côtés de neuf actrices à l’Espace Go. Avec Le bruit des os qui craquent de Suzanne Lebeau, elle a pris la route de la France et du Mexique. Son voyage théâtral s’est poursuivi dans plusieurs pays avec Apasionada ou La Casa Azul, le vibrant hommage de Sophie Faucher à Frida Khalo, mis en scène par Robert Lepage. En 2018, on a pu voir la comédienne dans les pièces Les robots font-ils l’amour et Golgotha picnic, toutes deux adaptées et mises en scène par Angela Konrad.

Créée en 2010, la pièce Tom à la ferme de Michel-Marc Bouchard l’a menée du Théâtre d’Aujourd’hui à la caméra de Xavier Dolan, puis jusqu’au tapis rouge de la Mostra de Venise où ce drame a remporté le Prix de la critique internationale en 2013. Le Vancouver Film Critics Circle décernera plus tard à Lise Roy le titre de meilleure actrice de soutien dans un film canadien.

Au total, la comédienne est apparue dans une quinzaine de longs métrages (Endorphine, Les invasions barbares, L’âge des ténèbres, King Dave, C’est le cœur qui meurt en dernier) et dans de nombreuses séries télévisées dont Les Invisibles, Victor Lessard, Toute la vérité, Vice caché et The Boys of Saint-Vincent, rôle pour lequel elle remporte un prix Gemini d’interprétation au Canada anglais en 1994.

Retour au haut de la page