Achat de billets en ligne

Bonne retraite, Jocelyne

Production La Manufacture, Théâtre du Trident et Théâtre français du CNA

Texte et mise en scène Fabien Cloutier

Avec Jean-Guy Bouchard, Josée Deschênes, Claude Despins, Sophie Dion, Lauren Hartley, Éric Leblanc, Brigitte Poupart, Vincent Roy et Lauriane S. Thibodeau

Assistance à la mise en scène Emmanuelle Nappert Scénographie Cooke-Sasseville Costumes Maude Audet Éclairages Leticia Hamaoui Musique Luc Lemay Assistance aux costumes Vanessa Cadrin

NOUVELLES SUPPLÉMENTAIRES
DU 10 AU 21 SEPTEMBRE 2019 – Achat en ligne
Aussi présenté du 4 au 15 juin 
Billetterie: 514 523-2246 

Durée du spectacle: 1h15 sans entracte

Jocelyne convoque les siens à une réunion familiale. Mais la nouvelle qu’elle désire annoncer tombe à plat. Les convives semblent davantage intéressés à donner leur avis sur le TDAH du collègue de Brigitte, la maltraitance des dauphins ou la peine d’amour de Keven qu’à nouer de véritables échanges. La rencontre sous tension revêt rapidement des allures de tribunal populaire. Dès lors, de vieux démons ressurgissent.

Une confrontante rencontre de famille qui, dans un humour cinglant, questionne la culture du vide, les conversations futiles et les troublantes conséquences d’un monde pétri de jugements décomplexés. Une charge contre l’ignorance qui n’épargne personne.

Fabien Cloutier est de retour avec ce deuxième texte écrit dans le cadre de sa résidence d’auteur à La Licorne, dont il signe aussi la mise en scène. Le premier, Pour réussir un poulet, acclamé par le public et la critique, lui a valu un prix littéraire du Gouverneur général en 2015. Le public de La Licorne a pu apprécier maintes fois la plume acérée de Fabien Cloutier, que ce soit avec Scotstown, Cranbourne ou Billy ( Les jours de hurlement ).

Bonne retraite, Jocelyne est aussi présenté au Théâtre du Trident à Québec du 15 janvier au 9 février 2019.

Tête-à-tête : Jeudi 18 octobre

Biographies

FABIEN CLOUTIER - AUTEUR ET METTEUR EN SCÈNE

C’est en 2005, quatre ans après sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec, que le chemin de Fabien Cloutier croise les planches de La Licorne pour la première fois. Dans les Contes urbains, son monologue applaudi Ousqu’y’é Chabot? lui inspirera deux pièces drôles et décapantes, qui contribueront grandement à le faire connaître: Scotstown et Cranbourne, créées à La Licorne en 2008 et en 2011. 

Un an plus tard, il retrouve le public de La Licorne avec la puissante charge Billy (Les jours de hurlement), produite par le Théâtre du Grand Jour, un texte qui lui vaut le prix Gratien-Gélinas récompensant la relève en écriture dramatique. En 2014, comme auteur en résidence à La Manufacture, Fabien livre Pour réussir un poulet, une comédie cinglante dont il signe aussi la mise en scène. Cette œuvre chaudement acclamée lui permettra de remporter un Prix littéraire du Gouverneur général en 2015.

En 2016, le comédien engagé livre son premier one-man-show intitulé Assume. En plus de briller sur scène, Fabien Cloutier est aujourd’hui l’un des visages les plus en vue de la télévision québécoise, grâce à une variété de rôles dans Les pays d’en haut, Boomerang, Blue Moon, Plan B, Les beaux malaises et Faits divers, série dramatique pour laquelle il a remporté cette année le Gémeaux du meilleur premier rôle masculin, sans oublier ses chroniques dans les émissions Paparagilles et Plus on est de fous, plus on lit! , qui ont mis en valeur sa plume aussi acérée qu’humoristique, aussi éclatée que pertinente. À ses nombreuses présences au petit écran s’ajoutera cet automne sa série Léo (présentée sur Club Illico), dont il signe l’idée originale et la scénarisation en plus de camper le rôle principal. Cet hiver, il sera l’animateur du documentaire Mononcle à Télé-Québec.

JEAN-GUY BOUCHARD - dans le rôle de PAUL

Diplômé de l’École Nationale de Théâtre en 1979, Jean-Guy Bouchard s’est illustré dans une vingtaine de productions théâtrales dont L’Odyssée d’Homère, succès triomphal du TNM mis en scène par Dominic Champagne; Chante avec moi d’Olivier Choinière, impressionnant spectacle choral rassemblant 50 comédiens, et Grains de sable, pièce documentaire de Milena Buziak sur la guerre en Afghanistan.   

Sur la scène de La Licorne, on a pu le voir dans plusieurs éditions des Contes urbains et dans L’affaire Farhadi (1999), un drame social de Rahul Varma. En 2013, à La Petite Licorne, Jean-Guy Bouchard a aussi fait partie de la onzième édition de Théâtre tout court.

À la télévision, il a fait le bonheur des plus jeunes dans les sketchs déjantés du Club des 100 watts à Radio-Québec. Il est plus tard devenu Paul Desmarteaux dans Cher Olivier puis Pit, le mari de Laura Cadieux, dans le film de Denise Filiatrault et la série, présentée à TVA. Parmi la trentaine de longs métrages à son actif, on retiendra notamment son interprétation magistrale dans Requiem pour un beau sans cœur de Robert Morin, qui lui a valu une nomination pour un Genie en 1992.

Amoureux de la Colombie, un pays qu’il a visité plusieurs fois, Jean-Guy Bouchard est aussi titulaire d’une maîtrise sur le théâtre colombien.

JOSÉE DESCHÊNES - dans le rôle de JOCELYNE

Josée Deschênes fonde en 1986 le Théâtre Niveau Parking avec ses camarades du Conservatoire d’art dramatique de  Québec, une compagnie qui rayonne dans la Capitale depuis maintenant plus de 30 ans. Au début de sa carrière, elle coécrit plusieurs pièces du TNP en plus de les défendre sur scène. 

Puis arrive, en 1993, le rôle de l’hilarante Lison Paré dans La petite vie. Un cadeau inestimable pour la Jonquiéroise. Sa grande popularité au petit écran, confirmée par ses rôles dans Annie et ses hommes et L’auberge du chien noir, ne l’empêchera toutefois pas de brûler ardemment les planches.

Son amour du théâtre l’a menée, à ce jour, sur la scène de plus de 80 productions! Des classiques aux créations éclatées, du drame à la comédie, Josée Deschênes a notamment brillé dans Les bâtisseurs d’empire de Boris Vian, Camilien Houde, le p’tit gars de Ste-Marie d’Alexis Martin, Fleurs d’acier de Robert Harling, Sainte Carmen de la main et Le vrai monde de Michel Tremblay et Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas.

Quant aux spectateurs de La Licorne, ils ont pu l’applaudir dans Invisibles de Guillaume Lapierre-Desnoyers la saison dernière, dans Comment s’occuper de bébé de Dennis Kelly en 2014 et dans Au champ de mars de Pierre-Michel Tremblay en 2010, une production de La Manufacture qui a connu un immense succès à Montréal et en tournée québécoise.  

CLAUDE DESPINS - dans le rôle de JEAN

Sorti de l’École nationale de théâtre du Canada en 1995, Claude Despins est associé à certains des plus grands succès de La Manufacture : Tu te souviendras de moi de François Archambault (2014), Howie le rookie de Mark O’Rowe (2002) et Trick or Treat de Jean Marc Dalpé (1999). Des pièces reprises plus d’une saison et toutes présentées en tournée québécoise. On a aussi pu le voir à La Licorne dans Trois dans le dos, deux dans la tête de Jason Sherman (1997) et dans Littoral, pièce phare de Wajdi Mouawad, créée au FTA en 1997 puis présentée en France et au Liban.

Son travail avec Mouawad le conduira aussi au Festival international des théâtres francophones de Limoges, avec Les trois sœurs de Tchekhov (2002), ainsi qu’en Belgique, dans Voyage au bout de la nuit, d’après l’œuvre de Céline (1995).

Sur les autres scènes montréalaises, Claude Despins s’est illustré dans une quinzaine de productions dont Ronfard nu devant son miroir de Daniel Brière et Evelyne de la Chenelière (2011) et dans l’impressionnant spectacle L’Odyssée, mis en scène par Dominic Champagne (2000).

En plus d’apparaître dans une quinzaine de longs métrages, ce brillant comédien a participé à une trentaine de productions télévisuelles, incluant Les pays d’en haut, Les étoiles filantes, Un sur 2 et Toc Toc Toc.

SOPHIE DION - dans le rôle de JEANNE

Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1994, Sophie Dion est devenue un visage bien en vue de scène théâtrale de la Capitale. Elle s’est notamment illustrée dans la fresque historique [Mal]heureuses d’Élodie Cuenot (2017), où s’entrecroisaient les destinées de trois femmes de dictateurs. Dans un tout autre registre, elle était du spectacle éclaté Feydeau de Georges Feydeau à La Bordée en 2016, un vaudeville interactif où le public avait son mot à dire sur le déroulement de l’histoire.

En 2014, au Périscope, elle a fait partie de la production du Théâtre Niveau Parking, Tombé du Ciel de Neil LaBute, un regard percutant sur les événements du 11 septembre 2001. En 2012, on a pu l’applaudir à plus d’une reprise au Trident, dans Madame de Sade du Japonais Yukio Mishima et dans la reprise de L’Odyssée d’Homère, adaptée pour la scène par Dominic Champagne et Alexis Martin. À La Bordée, elle était aussi, entre autres, des pièces Les Muses orphelines de Michel Marc Bouchard (2006), Les liaisons dangereuses de Christopher Hampton (2014) et plus récemment Les marches du pouvoir de Beau Willimon.

On a pu également voir Sophie Dion à la télévision pendant plus de 6 ans, dans le rôle de Gabrielle Champagne pour le populaire téléroman 4 et demi… et dans Chabotte et fille à Télé-Québec.

 

LAUREN HARTLEY - dans le rôle de ÈVE

Récemment diplômée, Lauren Hartley est issue de la promotion 2016 du Conservatoire d’art dramatique de Québec. Les spectateurs ont pu la voir dans la reprise de Lucky Lady de Jean Marc Dalpé, présentée à La Bordée au printemps dernier, dans une mise en scène de Patrick Saucier. Avec ce dernier, elle a fait le tour des écoles et elle s’est envolée vers Paris pour la pièce Hier, j’ai vieilli de 4 secondes, une œuvre ludique ayant pour but d’inciter les jeunes aux sciences et aux mathématiques.

Avec le Théâtre du Ricochet, elle a pris d’assaut les parcs montréalais pour l’aventure théâtrale Indiscrétions publiques, une série de courtes pièces réparties le long d’un parcours extérieur et défendues par un collectif d’acteurs. Dans Honeymoon de Michel Bertrand, à l’affiche du Festival Fringe de Montréal, elle nous a plongés au cœur d’une histoire de lune de miel avortée sous fond de manipulation amoureuse.

Lauren Hartley a aussi signé quelques textes en tant que dramaturge dont L’insectarium, un récit apocalyptique coécrit avec son complice comédien Vincent Legault et présenté au Festival de l’Assomption en 2017. Sa nouvelle création Embargo sera à l’affiche du théâtre Premier Acte de Québec en avril prochain.

À la télévision, elle a notamment fait des apparitions dans les séries O’ et Cheval-Serpent.

ÉRIC LEBLANC - dans le rôle de JUSTIN

Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec, en 1994, Éric Leblanc fait voyager le théâtre québécois aux quatre coins du globe. Notamment celui de Robert Lepage. Entre 2003 et 2008, il a participé à la tournée mondiale de La trilogie des dragons et, depuis 2004, il manipule les marionnettes de La face cachée de la lune sur les scènes de nombreux pays.

Ses talents de marionnettiste ont été mis de l’avant dans plusieurs pièces de l’auteure Agnès Zacharie, cofondatrice de la compagnie Ubus Théâtre : Le piano à voile (2017), Le périple (2014), jouée devant le public brésilien, et Caminando & Avalando (2013), présentée en tournée européenne.    

Éric Leblanc s’est aussi démarqué dans À quelle heure on meurt? (2001), œuvre de Martin Faucher inspirée de l’univers de Réjean Ducharme. La pièce lui a valu le Prix du meilleur acteur de la saison au Théâtre Denise-Pelletier. Citons aussi Charbonneau et le chef de John Thomas McDonough (2010), pour laquelle il a remporté le prix Janine-Angers du meilleur second rôle, décerné par la Fondation du Théâtre du Trident.

À l’écran, on a pu voir le voir dans District 31, Trop, Chabotte et Fille et Marguerite Volant. Au cinéma, il était de la distribution de Feuilles mortes, un film de Thierry Bouffard, Edouard Tremblay et Carnior sorti en 2016.

BRIGITTE POUPART - dans le rôle de BRIGITTE

Comédienne, metteure en scène, directrice artistique, dramaturge et réalisatrice, Brigitte Poupart mène, depuis près de 30 ans, un parcours créatif extrêmement riche et inspirant. En 1991, un an après sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, elle cofonde la compagnie Transthéâtre, à l’origine de nombreuses œuvres d’intérêt social percutantes. Elle signe WC avec Marie Michaud, ainsi que des spectacles multidisciplinaire tel que Babel, L’Édifice, Autoroute, Cérémonials. On compte aussi les cabarets Insupportables, les pièces Un jour ou l’autre, What’s next avec Dave St-Pierre, La Démesure d’une 32 A, Table Rase et Glengarry Glen Ross dans une distribution entièrement féminine.  À La Licorne, elle a aussi dirigé l’édition 2014 des Contes urbains entièrement féminin (en plus d’y tenir un rôle) et la pièce Le défilé des canards dorés d’Hélène Mercier, en 1998.

Passant des audacieuses propositions de Dave St-Pierre (Un peu de tendresse bordel de merde, La pornographie des âmes) à l’humour engagé des Zapartistes, cette brillante interprète affectionne toutes les sphères de la création. Reconnue pour ses mises en scène et conceptions de performances musicales d’envergure, elle a notamment travaillé avec Yann Perreau, Louis-Jean Cormier, Les Valaire et Patrick Watson. Elle a été directrice artistique et metteur en scène des Galas de l’ADISQ de 2011 à 2015.  Elle signe aussi la mise en scène du spectacle Luzia du Cirque du Soleil. 

Brigitte Poupart a également remporté un prix d’interprétation au plus récent Gala Québec Cinéma pour son rôle dans Les affamés de Robin Aubert. On a pu la voir dans M. Lhazar et Congorama de Philippe Falardeau et elle sera des films Avant qu’on explose de Rémy St-Michel et Les salopes ou le sucre naturel de la peau de Renée Beaulieu présenté en première au TIFF en septembre dernier. Présenté dans plusieurs pays, son émouvant documentaire Over My Dead Body, qu’elle qualifie comme son œuvre phare, a été couronné d’un Jutra et du Grand prix du Conseil des arts et des lettres du Québec. Elle a présenté son court métrage en réalité virtuelle à Cannes en mai 2017 et continue de développer d’autres projets en arts numériques.

VINCENT ROY - dans le rôle de KEVEN

Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2015, Vincent Roy est un artiste allumé qui s’intéresse à plusieurs sphères de la scène. Comme comédien, on l’a d’abord remarqué dans la pièce coup-de-poing Doggy dans Gravel, relatant la quête identitaire de cinq scouts dans un après-bal. Écrite et mise en scène par Olivier Arteau, cette création a été présentée au Festival Fringe en 2015, à Premier Acte à Québec en 2016 puis au Théâtre Denise-Pelletier en 2017. 

Au Trident, Vincent Roy a fait partie de la version applaudie des Bons débarras de Réjean Ducharme, adaptée et mise en scène par Frédéric Dubois en 2016. Les 7 Doigts ont aussi fait appel à son talent dans le spectacle audacieux Vice & Vertu, qui regroupait plus de 30 artistes de diverses disciplines à la SAT, en 2017 et 2018. En 2019, on pourra le voir sur la scène du Trident dans Antigone et au Théâtre Périscope dans Foreman de Charles Fournier, deux pièces pour lesquelles il signera également la conception sonore.

Comme musicien et concepteur sonore, il a également signé l’ambiance musicale de P.ARTITION B.LANCHE, œuvre du chorégraphe Harold Rhéaume créée au Musée national des beaux-Arts du Québec, et celle de la pièce Mme G de Maxime Beauregard-Martin à La Bordée, ce qui lui a valu une nomination pour le prix Bernard-Bonnier en 2018.

À la télévision, on peut voir Vincent Roy dans la nouvelle comédie dramatique File d’attente sur Unis TV.

LAURIANE S. THIBODEAU - dans le rôle de VIVIANE

Bonne retraite, Jocelyne marque le baptême professionnel de Lauriane S. Thibodeau, jeune comédienne fraîchement diplômée de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe. Tout au long de sa formation, elle a prouvé l’étendue de son talent et de sa polyvalence dans une variété de pièces, classiques comme contemporaines : À toi, pour toujours, ta Marie-Lou de Michel Tremblay, L’homme prudent de Carlo Goldoni, Les séquestrés d’Altona de Jean-Paul Sartre, Le Système Ribadier de Georges Feydeau, Le malentendu d’Albert Camus, La nuit des rois de William Shakespeare ou encore de Serge Boucher. Ces oeuvres lui ont permis de travailler avec plusieurs metteurs en scène de premier plan (Luce Pelletier, Michel-Maxime Legault), incluant deux proches collaborateurs de La Licorne : Philippe Lambert et Benoît Vermeulen. 

En 2017, elle s’est envolée vers Rome, en Italie, pour suivre un stage de commedia dell’arte avec Alberto Ferraro. En plus de cultiver un intérêt prononcé pour l’improvisation, qu’elle pratique au sein de différentes équipes depuis 2011, Lauriane  possède une longue formation en danse. Pendant près de 15 ans, elle a exploré cette passion à travers le ballet, la claquette, le jazz et la danse contemporaine.

Outre Bonne retraite, Jocelyne, les spectateurs pourront l’applaudir ce printemps dans Strindberg, une création collective du Théâtre de l’Opsis, présentée à Espace GO.

Retour au haut de la page